Les cloches de la basilique - BASILIQUE SAINT LOUIS-MARIE GRIGNION DE MONTFORT

Aller au contenu

Les cloches de la basilique

La Basilique
Descriptions des cloches de la Basilique
Textes de Bernard RAYMOND
Histoire et Patrimoine
Avant sa destruction en 1889, l’ancien clocher de l’église de Saint-Laurent avait trois cloches sonnant La – Sol – Fa.
La plus grosse : Laurence, datait de 1827 (Fondeur : Sarrasin à Nantes)
La moyenne : Marie, datait de 1861 (Fondeur : Bollée, père et fils, au Mans)
La petite : Jean [-Baptiste], datait de 1855 (Fondeur : Ernest Bollée, au Mans)
Ces trois cloches ont été installées provisoirement (1892 à 1901) dans le nouveau clocher de l’actuelle basilique et ce sont elles qui sonnèrent le 10 août 1892 pour la bénédiction de l’église par Mgr Catteau, évêque de Luçon. L’église romane du XI° s. sera détruite en 1889.

Un projet de nouvelles cloches est présenté le 28 juillet 1901 au Conseil de Fabrique par Astier, fondeur à Nantes.
Voici ce que seraient les caractéristiques de ces cloches :
Sol grave 5 600 kg – nom : Louis-Marie Grignion de Montfort
Ut (Do) 2 200 kg – nom : Marie-Louise de Jésus
Ré 1 550 kg – nom : Auguste, Victor, Suzanne
Mi 1 050 kg – nom : Laurent, Jean-Baptiste
Sol « qui peut peser 500 kg » - nom : Marie
(Seule cette dernière cloche, héritée de l’ancienne église, serait maintenue.)
Cependant, faute de possibilité de financement pour la grosse cloche, le Conseil de Fabrique (à condition que lui-même «n’aura rien à débourser ») ne donne l’autorisation de commander que les cloches offertes par quatre familles saint-laurentaises :
les Deval et Durand pour Marie-Louise de Jésus
les Bureau pour Auguste, Victor, Suzanne
les Brebion pour Laurent, Jean-Baptiste.

C’est ainsi que, de 1902 à 2016, la Basilique Saint Louis-Marie Grignion de Montfort n’a jamais eu de cloche portant le nom de Louis-Marie Grignion de Montfort, même si son emplacement était prévu.
Ce n’est plus le cas depuis le 11 décembre 2016.
Photo de l’église telle qu’elle était en 1902 (Nefs et façade n’étaient pas construites).
Bernard RAYMOND – Histoire et Patrimoine
Retourner au contenu