La Porte de la Miséricorde - BASILIQUE SAINT LOUIS-MARIE GRIGNION DE MONTFORT

Aller au contenu

La Porte de la Miséricorde

Photos > Année 2016
Textes de Parcours Intérieur
La miséricorde de Dieu s’offre à moi aujourd’hui


1. AU BAPTISTÈRE – LE BAPTÊME

Jésus se fit baptiser par Jean dans le Jourdain. À l’instant où il remontait de l’eau, il vit les cieux se déchirer et l’Esprit, comme une colombe, descendre sur lui. Et des cieux vint une voix: «Tu es mon fils bien-aimé, en toi je trouve ma joie.» (Mc 1, 9-11)
L'identité chrétienne, qui est l'étreinte baptismale que nous a donnée le Père quand nous étions petits, nous fait aspirer ardemment, comme des enfants prodigues et préférés en Marie, à l'autre étreinte, celle du Père miséricordieux qui nous attend dans la gloire. (Pape François, E.G. 144)

Prière : Notre Père

2. À L’AMBON – LA PAROLE

On dit à Jésus: «Ta mère et tes frères se tiennent dehors; ils veulent te voir.» Il répondit: «Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la mettent en pratique.» (Luc 8, 19-20)
La mémoire du peuple fidèle, comme celle de Marie, doit rester débordante des merveilles de Dieu. Son cœur, ouvert à l'espérance d'une pratique joyeuse et possible de l'amour qui lui a été annoncé, sent que chaque parole de l'Écriture est avant tout un don, avant d'être une exigence. (Pape François, E.G. 142)

Prière :
Ta parole est la lumière de mes pas, la lampe de ma route.
Que ta promesse assure mes pas : ne laisse aucun mal me dominer!
Découvrir ta parole illumine et les simples comprennent.
Toi, mon abri, mon bouclier ! j'espère en ta parole.
(Psaume 119 (118), 105. 133. 130. 114)


3. AU TABERNACLE – LA PRÉSENCE

«Je suis le pain vivant qui descend du ciel. Celui qui mangera ce de pain vivra pour l’éternité.. Et le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie.» (Jn 6, 51)
À l'origine du fait d'être chrétien il n'y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive ». (Pape François, E. G. 7)

Prière :
Je suis, Seigneur, je suis indigne
De m’approcher de la Communion.
Dites un mot, j’en serai digne,
Et venez dedans ma maison.

Je sens une tiédeur extrême.
Amours, sans vous, je languis nuit et jour.
Voulez-vous pas que je vous aime?
Venez donc m’embraser d’amour.
Venez, mon ami véritable,
Mon cher trésor, mon unique bonheur.
Sans vous, que je suis misérable!
Venez donc, entrez dans mon cœur.
(Montfort, Cantique 112, 10. 2. 11)

4. À L’AUTEL DE LA VIERGE – UNE MÈRE ET COMPAGNE

Lorsque Marie entra chez Élisabeth, celle-ci fut remplie de l’Esprit Saint et elle s’écria: «Tu es bénie plus que toutes les femmes, béni aussi est le fruit de ton sein! Comment m’est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur? ... Bienheureuse celle qui a cru: ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s’accomplira!». Marie dit alors: «Mon âme exalte le Seigneur, car le Puissant a fait pour moi de grandes choses.» (Luc 1, 41-43. 45-47. 49)
Marie est celle qui sait transformer une grotte pour des animaux en maison de Jésus, avec de pauvres langes et une montagne de tendresse. Elle est la petite servante du Père qui tressaille de joie dans la louange. Elle est l'amie toujours attentive pour que le vin ne manque pas dans notre vie. Elle est celle dont le cœur est transpercé par la lance, qui comprend tous les peines. Elle est la missionnaire qui se fait proche de nous pour nous accompagner dans la vie, ouvrant nos cœurs à la foi avec affection maternelle.(Pape François, E.G. 286)

Prière :
Souvenez-vous, Vierge Marie, Que votre cœur est si bénin,
Que c'est une chose inouïe, Qu'aucun vous ait priée en vain.

Non, personne avec confiance N'a demandé votre faveur
Sans recevoir votre assistance, Sans éprouver votre douceur.

Le cœur contrit, ô Vierge Mère, J'ose invoquer votre saint nom,
Et malgré mes péchés, j'espère Avoir votre protection.

De grâce, soyez-moi propice, Que je ne sois point rebuté,
Car mes péchés et ma malice Sont moindres que votre bonté.
(Montfort, Cantique 83, 1-3. 5)

5. AU SALON DU PARDON – LE PARDON QUI GUÉRIT

Des scribes pharisiens, voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les collecteurs d’impôts, disaient à ses disciples: «Quoi? Il mange avec les collecteurs d’impôts et les pécheurs?» Jésus, qui avait entendu, leur dit: "Ce ne sont pas les bien-portants qui ont besoin de médecin, mais les malades; je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs.» (Marc 2, 16-17)
Celui qui risque, le Seigneur ne le déçoit pas, et quand quelqu'un fait un petit pas vers Jésus, il découvre que celui-ci attendait déjà sa venue à bras ouverts. C'est le moment pour dire à Jésus Christ : « Seigneur, je me suis laissé tromper, de mille manières j'ai fui ton amour, cependant je suis ici une fois encore pour renouveler mon alliance avec toi. J'ai besoin de toi. Rachète-moi de nouveau Seigneur, accepte-moi encore une fois entre tes bras rédempteurs ». Cela nous fait tant de bien de revenir à lui quand nous nous sommes perdus ! J'insiste encore une fois : Dieu ne se fatigue jamais de pardonner, c'est nous qui nous fatiguons de demander sa miséricorde. (E. G. 3)

Prière (Psaume 50, paraphrase) :
Pitié pour moi, mon Dieu toi qui as grand cœur,
Comprends ma faiblesse, pardonne mes fautes.
Je reconnais le mal que j'ai fait.
J'ai péché contre mes frères et sœurs,
j'ai refusé de les aimer.
Je t'ai oublié, toi mon Père qui me fais vivre.
Mon sacrifice, c'est mon cœur brisé de regret.
Ma prière, c'est mon espoir en ton amour.
Mon avenir, c'est ta tendresse et ton pardon.
Recrée mon cœur, qu'il sache aimer.
Recrée ma joie, qu'elle brille à nouveau.
Recrée ma paix, viens me sauver.

6. AUX TOMBEAUX – TROIS TÉMOINS DE LA MISÉRICORDE

Trois paroles:
Montfort
À Dinan, Montfort trouve un homme gisant dans la rue. Il le charge sur ses épaules. Arrivé au lieu où il réside, il frappe à la porte en disant: «Ouvrez à Jésus Christ.» Il installe le pauvre dans son lit et le soigne.

Marie-Louise de Jésus
Marie-Louise de Jésus: «Si j’étais étoffe, je me donnerais aux pauvres.»

Le marquis de Magnanne
Le marquis de Magnanne: Homme fortuné, il a tout donné pour soutenir les écoles des enfants pauvres. Il a terminé ses jours à St-Laurent, y vivant très modestement. Il a écrit: «Le magnanime possède les biens sans en être possédé. Il n’estime et n’aime les richesses que pour en faire du bien. Il méprise les ornements, les ameublement somptueux et tout ce qui est possédé avec attache, convaincu que la moindre inquiétude est une servitude contraire à la liberté du sage.»
(La véritable grandeur d’âme, p. 77

Les actes de Miséricorde

ou

Comment n’aimer pas le prochain?
Comment n’aimer pas le prochain?
C’est un vif portrait de Dieu même,
C’est un chef-d’œuvre de sa main,
C’est un ami que son cœur aime,
C’est le frère de Jésus Christ,
C’est le temple du Saint-Esprit

Ayez un amour mutuel
L’un pour l’autre, nous dit saint Pierre.
C’est là le point essentiel,
Il n’est rien si grand sur la terre.
L’amour est la perfection
De toute la religion.
(Montfort, cantique 14, 16. 8)


Textes de parcours extérieur


Chant :
Refrain :
Il a pour nous miséricorde,
Dieu de tendresse et de pitié ;
Dieu qui se donne et qui pardonne,
Car éternel est son amour.


LA MISÉRICORDE À RECEVOIR DE DIEU

1. Fidélité

«Même si les montagnes s’écartaient, si les collines s’ébranlaient, ma fidélité ne s’écarterait pas de toi, mon alliance de paix ne serait pas ébranlée,» dit le Seigneur, qui te montre sa tendresse. (Isaïe 54, 10)

2. Pardon

Si un homme a cent brebis et que l’une d’entre elles vienne à s’égarer, ne va-t-il pas laisser les quatre-vingt-dix-neuf autres dans la montagne pour aller à la recherche de celle qui s’est égarée? Et s’il parvient à la retrouver, en vérité je vous le déclare, il en a plus de joie que des quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont pas égarées. Ainsi votre Père qui est aux cieux veut qu’aucun de ces petits ne se perde.» (Matthieu 18:12-14)

3. Patience

Le Seigneur est tendresse et pitié
lent à la colère et plein d’amour
il ne maintient pas sans fin ses reproches ;
il n'agit pas envers nous selon nos fautes.
Comme la tendresse du père pour ses enfants,
la tendresse du Seigneur pour qui le craint !
Il sait bien de quelle pâte nous sommes faits,
il se souvient que nous sommes poussière.
(Psaume 103 (102), 8-14

4. Compassion

On allait enterrer un fils unique dont la mère était veuve (...). En la voyant, le Seigneur Jésus fut saisi de compassion pour elle et il lui dit: «Ne pleure pas.» Il s’avança, toucha le cercueil et dit: «Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi.» Alors le mort s’assit et se mit à parler. Et Jésus le rendit à sa mère. Tous rendaient gloire à Dieu en disant: «Un grand prophète s’est levé parmi nous et Dieu a visité son peuple.» (Luc 7:11-16)


LA MISÉRICORDE À OFFRIR AUX AUTRES

5. Par la parole

Aucune parole mauvaise ne doit sortir de votre bouche ; mais, s’il en est besoin, que ce soit une parole bonne et constructive, profitable à ceux qui vous écoutent. N’attristez pas le Saint Esprit de Dieu.
Amertume, irritation, colère, éclats de voix ou insultes, tout cela doit être éliminé de votre vie, ainsi que toute espèce de méchanceté. Soyez bons les uns pour les autres, ayez du coeur.(Ephésiens 4:29-32)

6. – Par le pardon

Puisque vous êtes élus, sanctifiés, aimés par Dieu, revêtez donc des sentiments de compassion, de bienveillance, d’humilité, de douceur, de patience. Supportez-vous les uns les autres, et si l’un a un grief contre l’autre, pardonnez-vous mutuellement. Le Seigneur vous a pardonné: faites de même, vous aussi. Par-dessus tout cela, ayez l’amour, qui est le lien le plus parfait. Que règne en vos coeurs la paix du Christ, à laquelle vous avez été appelés. (Colossiens 3:12-15)

7. – Par le partage

Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, il dira:«Venez, les bénis de mon Père. Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire; j’étais un étranger et vous m’avez recueilli; nu, et vous m’avez vêtu; malade, et vous m’avez visité; en prison, et vous êtes venus à moi.» (Matthieu 25:31-36)

8. Arrêt à la Vierge, mère de miséricorde (Salve Regina)

Salve, Regina, mater misericordiae. Vita, dulcedo et spes nostra, salve.
Ad te clamamus, exsules filii Hevae.
Ad te suspiramus, gementes et flentes in hac lacrimarum valle.
Eia ergo, Advocata nostra, illos tuos misericordes oculos ad nos converte.
Et Jesum, benedictum fructum ventris tui, nobis post hoc exilium ostende.
O clemens, o pia, o dulcis Virgo Maria ! Amen.

Salut, Reine, Mère de Miséricorde, Vie, Douceur, et notre espérance, salut.
Vers toi nous élevons nos cris, pauvres enfants d'Ève exilés.
Vers toi nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
Tourne donc, ô notre Avocate, tes yeux miséricordieux vers nous.
Et, Jésus, le fruit béni de tes entrailles, montre-le nous après cet exil.
Ô clémente, ô pieuse, ô douce Vierge Marie ! Amen.

Salut, ô Reine, Mère de miséricorde, notre vie, notre espérance, salut !
Enfants d'Ève exilés, nous crions vers vous ;
Vers vous nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
Ô vous notre avocate, tournez vers nous vos yeux compatissants.
Et, après cet exil, faîtes-nous voir Jésus, le fruit béni de vos entrailles.



Retourner au contenu