Exposition des airains - BASILIQUE SAINT LOUIS-MARIE GRIGNION DE MONTFORT

Aller au contenu

Exposition des airains

La Basilique
Exposition des airains dans la basilique
Marie-Louise de Jésus
Ut (do), 2 402 kg, ASTIER, fondeur à Doulon (NANTES)
« Je me nomme Marie-Louise de Jésus du nom de la première Supérieure Générale des Filles de La Sagesse dont la tombe est dans cette église –
Mon parrain a été Mr Casimir Deval Archiprêtre de La Roche sur Yon et ma Marraine Melle Marie-Antoinette Durand -
J’ai été bénite par Mgr Clovis-Nicolas-Joseph Catteau évêque de Luçon – 1902 »

Lors de la descente des cloches, le 17 octobre 2016, cette cloche a révélé la présence d’une fêlure qui doit être traitée par l’entreprise de M. Lachenmeyer, près de Munich (Allemagne).
 
B. Raymond – Histoire et patrimoine – octobre 2016.
Victor Auguste Suzanne
, 1 530 kg, ASTIER, fondeur à Doulon (NANTES)
 « Je me nomme Victor Auguste Suzanne. J’ai été offerte au B. Montfort en souvenir de la famille Victor Bureau-You par mon parrain Mr Ferdinand Bureau, curé-doyen de Pouzauges et par ma marraine dame Suzanne Bureau en religion, Mère St Denis, Religieuse de la Retraite d’Angers. J’ai été bénite par Mgr Clovis-Nicolas-Joseph Catteau évêque de Luçon. »
 
B. Raymond – Histoire et patrimoine – octobre 2016.
Laurent Jean-Baptiste
Mi, 1 064 kg, ASTIER, fondeur à Doulon (NANTES)
« Je me nomme Laurent – Jean-Baptiste en l’honneur de St Laurent patron de l’église et du territoire de la paroisse de St Jean-Baptiste, patron secondaire.
Mon Parrain a été Mr Jules Brebion curé de Fougeré (Vendée) et ma Marraine Dame Marie Brebion épouse de J-B Piet. J’ai été bénite par Mgr Clovis-Nicolas-Joseph Catteau évêque de Luçon – 1902 ».
 
B. Raymond – Histoire et patrimoine – octobre 2016.
Marie
Sol, 800 kg, BOLLEE, Père et Fils au Mans
Marie fut installée en 1881 dans l’ancien clocher roman. Elle y restera jusqu’à fin 1889. Elle intégrera le nouveau clocher peu avant le 10 août 1892 pour sonner avec ses deux compagnes (Laurence / Jean (-Baptiste) la bénédiction de la nouvelle église par Mgr Catteau évêque de Luçon. Mais c’est seule qu’elle sonna avec allégresse pour l’arrivée des trois nouvelles cloches (Marie-Louise de Jésus / Victor Auguste Suzanne / Laurent Jean-Baptiste) le 30 janvier 1902 et pour leur bénédiction le 3 février 1902.

B. Raymond – Histoire et patrimoine – octobre 2016.
Explications complémentaires
 Avant sa destruction en 1889,
l'église de Saint-Laurent avait 3 cloches qui sonnaient : La-Sol-Fa
La plus grosse : Laurence datait de 1827.             Fondeur  : Sarrasin à Nantes
La moyenne : Marie datait de 1861                       Fondeur : Bollée, père et fils, au Mans
La petite        : Jean (-Baptiste) datait de 1855     Fondeur : Ernest Bollée, au Mans
Ces trois cloches ont été installées provisoirement (de 1892 à 1901) dans le nouveau clocher de l'actuelle basilique et ce sont elles qui sonnèrent te 10 août 1892 pour la bénédiction de l'église par Mgr Catteau évêque de Luçon.
 
Un projet de nouvelles cloches est présenté le 28 juillet 1901 au Conseil de Fabrique par Astier, fondeur à Nantes :
Sol grave, 5 600kg, nom : Louis-Marie Grignion de Montfort
Ut (do), 2 600kg, nom : Marie-Louise de Jésus
Ré, 1 550kg, nom : Auguste, Victor, Suzanne,
Mi, 1 050kg, nom : Laurent, Jean-Baptiste
Sol, « qui peut peser 500 kg »    - nom : Marie .
(Seule cette dernière cloche, héritée de l'ancienne église, serait maintenue.)
Cependant, faute de financement (autorisation donnée par le Conseil de Fabrique à condition « qu’il n'aura rien à débourser ») trois seulement ont alors été commandées :
Marie-Louise de Jésus,
Auguste, Victor, Suzanne
Laurent, Jean-Baptiste.
 
C'est ainsi que, de 1902 à 2016, la Basilique Saint Louis-Marie Grignion de Montfort n'a jamais eu de cloche portant ce nom, même si son emplacement était prévu.
 
Bernard RAYMOND - Histoire et Patrimoine. Octobre 2016
Retourner au contenu